Chaire IA et Justice sociale

, modifié le
14 janvier 2022
Image
IA
Partager

Cette chaire ABEONA-ENS-OBVIA permet à un(e) professeur(e) invité(e) de développer, pendant une année, des travaux sur l’intelligence artificielle (IA) et la justice sociale et d’interagir avec les chercheur·e·s des écosystèmes parisien et québécois dans les secteurs de l’IA, des sciences humaines et sociales et de la santé, qui donneront lieu à des séries de séminaires et d’événements publics.

L’École normale supérieure, la fondation Abeona et l’OBVIA ont signé un partenariat d’une durée de trois ans pour avancer les recherches en intelligence artificielle, en justice sociale, en invitant chaque année un.e expert.e en IA et ses impacts sociologiques, éthiques et scientifiques. La chaire se concentrera sur l’IA et la justice sociale sous le prisme de l’équité, de la diversité et de l’inclusion (EDI). Cette entente s’inscrit dans le cadre d’une collaboration scientifique internationale entre la France et le Québec. Elle a été signée en présence de la ministre des Relations internationales et de la Francophonie et ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, Mme Nadine Girault, et le Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances et du ministre de l’Action et des Comptes publics, chargé du Numérique, M. Cédric O.

L’École normale supérieure est un établissement d’enseignement supérieur et de recherche de niveau mondial formant plus de 2000 étudiants, dont 600 doctorants et 200 post-doctorants, aux carrières de la recherche scientifique, de l’enseignement supérieur et secondaire, ainsi qu’au service des administrations de l’État, des collectivités territoriales, des établissements publics et des entreprises. Largement ouverte à l’international, forte de 15 départements, 31 unités de recherche et de plus d’une centaine d’équipes de recherche couvrant l’essentiel des disciplines, des humanités et des sciences sociales aux sciences de la vie et de la matière, l’École normale supérieure est régulièrement distinguée et compte aujourd’hui 14 prix Nobel et 10 médailles Fields. L’ENS a la volonté de développer des partenariats avec des institutions menant des activités en faveur de l’égalité des chances et est membre fondateur de l’Université PSL.

Image
Alexa Steinbrück / Better Images of AI / Explainable AI / CC-BY 4.0

La fondation ENS, reconnue d’utilité publique, a pour but de développer et de soutenir les activités de recherche et de formation de l’École normale supérieure et de ses partenaires notamment avec la fondation de coopération scientifique dite Paris Sciences et Lettres (PSL) dont l’ENS est membre fondateur, de renforcer leurs relations avec les entreprises et de contribuer à leur rayonnement international.

La Fondation Abeona parraine des recherches visant à promouvoir l’équité et la justice en intelligence artificielle. Elle rassemble des chefs d’entreprise, des instituts de recherche, des décideurs publics et des spécialistes des données pour faire progresser les meilleures pratiques et sensibiliser la société aux risques et aux opportunités créés par l’innovation en science des données, algorithmique et apprentissage automatique.

L’OBVIA regroupe plus de 220 chercheurs québécois et plus de 125 partenaires à travers le monde. D’abord piloté par l’Université Laval et avec le soutien des Fonds de recherche du Québec, il a pour mission de soulever des enjeux cruciaux et d’identifier des solutions plausibles aux problèmes et opportunités posés par les développements de l’IA et du numérique au Québec et ailleurs dans le monde. Ces travaux permettent d’alimenter la réflexion des citoyens et des autorités publiques sur les impacts sociétaux des technologies et du numérique sur la santé, mais aussi sur l’économie, la politique et la culture des générations actuelles et futures.

Les titulaires de la chaire 

  • 2020-2021 : Karine Gentelet, Professeure au département des sciences sociales, Université du Québec en Outaouais
  • 2019-2020 : Kate Crawford, Co-fondatrice du AI Now Institute, ancienne professeure à NYU et chercheure chez Microsoft.